Accueil > Religion, Vu de Prague > Athéisme

Athéisme

La République tchèque, marquée par l’athéisme, se prépare à la visite du pape [Le Monde, 25/09/2009]

La ville de Stara Boleslav, où le prince chrétien Wenceslas, proclamé saint par ses sujets dès sa mort, fut assassiné en 935 par son frère Boleslav, marquera la dernière étape du voyage qu’effectue le souverain pontife en République tchèque, à partir de samedi 26 septembre. (…) Rencontrer un catholique dans le « coeur spirituel » de la Bohême relève presque de la gageure. (… ) Stara Boleslav fait partie des cas extrêmes, reconnaît le sociologue des religions Zdenek Nespor. Mais la pratique religieuse en République tchèque est probablement l’une des plus faibles en Europe et dans le monde. » Selon l’ex-dissident et président Vaclav Havel, quarante ans de communisme et vingt ans de consumérisme ultralibéral ont fait de ce pays « la première société réellement athée sans ancrage moral ». Mais son ami de la dissidence anti-communiste, Vaclav Maly, évêque auxiliaire de Prague, se veut « optimiste » : « 400 000 Tchèques (4 % de la population) participent aux messes dominicales, selon un recensement effectué dans toutes les églises du pays au printemps »

A Prague, le pape se fera l’avocat de la rechristianisation [Le Monde, 26/09/2009]

La République tchèque « qui se trouve géographiquement et historiquement au coeur de l’Europe, après avoir traversé les drames du siècle passé, a besoin de retrouver les raisons de la foi et de l’espérance, comme tout le continent », a estimé Benoît XVI (…) Pour des raisons historiques, l’Eglise est faible en pays tchèque : la révolte religieuse du XVe siècle, emmenée par le réformateur Jan Hus, condamné à mort, a laissé des traces. « Imposée par le pouvoir impérial germanophone, l’Eglise catholique y est perçue, surtout à partir du réveil national, comme une religion étrangère », rappelle M. Pomian. « Ce terreau créera d’ailleurs une certaine réceptivité au courant social-démocrate puis au communisme tchèque après la première guerre mondiale », ajoute-t-il. Durant la période communiste, l’Eglise connaîtra de très fortes persécutions et ses moyens d’action seront limités. Dans les années 1980, certaines églises deviendront néanmoins des lieux de ralliement de la dissidence. (…) Vingt ans plus tard, il semble que les Eglises n’aient pas profité à plein de l’avènement de la démocratie. La République tchèque, avec ses 40 % d’athées, en est un exemple.

En complement:

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :