Archive

Posts Tagged ‘Europe de l’Est’

Le rapprochement USA/Russie inquiète l’Europe centrale et orientale

Le rapprochement USA/Russie inquiète l’Europe [centrale et orientale] (Le Figaro) – je me permets de corriger le titre de l’article qui justement et a juste titre resitue les anciens pays sous domination sovietique a leur place en Europe centrale et orientale, et decrit tres bien quelles sont leurs inquietudes, mais qui tombe finalement dans la facilite en utilisant l’ancienne distinction des blocs Est/Ouest pour qualifier ces pays. Messieurs les journalistes, s’il vous plait, cessez d’utiliser « Europe de l’Est » et relisez ceci: Ne m’appelez plus jamais « Europe de l’Est ». A bon entendeur…

L’apparente lune de miel entre Obama et Medvedev réveille de vieilles craintes à Prague, Varsovie, Budapest et ailleurs, où le souvenir de l’occupation soviétique demeure très présent, dix-neuf ans après la fin de la guerre froide et la désagrégation de l’URSS. Une fois la poignée de main historique échangée avec Dmitri Medvedev, jeudi à Prague, Barack Obama n’était pas ­encore tout à fait au bout de ses peines. Tandis que le président russe regagnait Moscou sitôt la cérémonie de signature du traité Start terminée, son homologue américain s’apprêtait à prolonger son séjour de quelques heures dans la capitale tchèque. Le temps de recevoir à ­dîner onze chefs d’État et de gouvernement d’Europe centrale et orientale à la résidence de l’ambassadeur américain, avant de redécoller vendredi matin pour Washington à bord d’Air Force One. (lire la suite)

Ne m’appelez plus jamais « Europe de l’Est »

12 janvier 2010 1 commentaire

L' »Europe de l’Est » ne veut (plus?) rien dire pour qualifier ce groupe tres « vague » de pays d’Europe situes a l’Est du Rhin, quelque part apres l’Allemagne: cela n’a pas de sens geographique (Prague est plus a l’Ouest que Vienne), pas de sens historique (voir le commentaire de Kundera sur ce theme), pas (plus?) de sens geo-strategique-ideologique (1989 c’etait il y a vingt ans). Et voila maintenant, d’apres cet article paru cette semaine dans The Economist, que cela n’a plus de sens non plus du point de vue economique, mais pourtant continue d’etre utilise (pour souvent cacher son ignorance d’ailleurs). Et parfois cela entraine des prejudices economiques pour certains pays « de l’Est » (dont la Republique tcheque) qui se sortent pourtant mieux de la crise actuelle que certains de leurs voisins « de l’Ouest »:

Wrongly labelled: The economic downturn has made it harder to speak sensibly of a region called “eastern Europe” (The Economist, 7 janvier 2010)

It was never a very coherent idea and it is becoming a damaging one. “Eastern Europe” is a geographical oddity that includes the Czech Republic (in the middle of the continent) but not Greece or Cyprus (supposedly “western” Europe but in the far south-east). It makes little sense historically either: it includes countries (like Ukraine) that were under the heel of the Soviet empire for decades and those (Albania, say) that only brushed it. Some of those countries had harsh planned economies; others had their own version of “goulash communism” (Hungary) or “self-managed socialism” (Yugoslavia). Already unreliable in 1989, the label has stretched to meaninglessness as those countries’ fortunes have diverged since the collapse of communism. The nearly 30 states that once, either under their own names or as part of somewhere else, bore the label “communist” now have more differences than similarities. Yet calling them “eastern Europe” suggests not only a common fate under totalitarian rule, but a host of ills that go with it: a troubled history then; bad government and economic misery now. (lire la suite)

Alors une bonne resolution pour tous les lecteurs de ce blog: ne dites plus jamais « Europe de l’Est ». Et faites meme les erudits en corrigeant les autres 🙂

Catégories :Economie, Politique, Société, Vu de Prague Étiquettes : ,

Frontières mentales

Europe de l’Ouest, Europe centrale, Europe de l’Ouest, Europe « tout court »… On se rend compte qu’il reste encore du chemin a faire en lisant ce genre d’articles, pourtant publie sur Le Monde dans ce cas-la…

La grippe A décline partout en Europe, sauf en France (Le Monde, 11.12.2009)

  • A l’exception de la France où l’activité grippale continue d’augmenter, l’activité grippale a atteint ou dépassé son pic dans la plupart des pays d’Europe occidentale, dont la Belgique, l’Islande, l’Irlande, les Pays-Bas, l’Espagne, le Portugal, l’Italie et l’Allemagne (…)
  • En Europe du Nord, l’intensité [de l’activité grippale] reste élevée, même si elle a commencé à baisser en Norvège, en Suède et au Danemark (…)
  • En Europe centrale, le virus continue de progresser, notamment en Albanie, République tchèque, Estonie, Grèce, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie, Monténégro, Slovénie et Turquie. (…)

Merci a la personne qui a ecrit ce commentaire: « Aurait-on anticipé le retrait de l’histoire-géo en terminale chez le monde ? L’Europe centrale ne serait pas en Europe ? » A noter aussi qu’il manque le Royaume-Uni et que la Turquie fait partie de l’Europe centrale 🙂

Pour se rafraichir la memoire, (re)lire l’article sur les cartes.

Europe de l’Est

Je suis sur que, comme moi, vous avez un jour fait l’impardonnable erreur de qualifier la Republique tcheque comme etant un pays d’Europe de l’Est… Et pour l’avoir fait devant des Tcheques, vous avez du etre surpris par leur reaction passionnee et vous vous souvenez encore de ce faux-pas, pourtant bien involotaire (car que ce soit a l’ecole, dans les journaux, a la television, c’est ce que l’on dit en France). Mais les Tcheques auront promptement corrige cette erreur: la Republique tcheque n’est pas un pays d’Europe de l’Est, mais un pays d’Europe centrale! Et meme pour preuve, ils vous diront que Vienne est bien plus a l’est que Prague. Maintenant convaincu de ce fait, vous faites peut-etre comme moi: je ne manque jamais une occasion de corriger mes compatriotes. Alors la prochaine fois, soyez sur de dire: « Europe centrale » 🙂

En echo, je cite un passage de l’article du Monde (voir post precedent) ou Milan Kundera lui aussi s’exprime a ce propos:

Vous vous êtes souvent opposé à être qualifié d’écrivain de l’Est. Qu’est-ce qui vous gêne ?

Une inexactitude, anodine en apparence, est devenue l’une des mystifications de ce siècle. La Hongrie, la Pologne, la Bohême, font, depuis un millénaire, partie du destin occidental, avec l’Eglise catholique, le gothique, la Réforme, la Renaissance, le baroque, etc. Il y a donc la Russie avec son histoire très spécifique, et il y a des pays de l’Ouest sous sa domination. En rebaptisant ceux-ci pays de l’Est, on justifie (géographiquement et historiquement) leur déplacement forcé dans la sphère d’une culture qui leur est totalement étrangère.

Entretien avec Milan Kundera (« Le Massacre de la culture tchèque », « Le Monde des livres » du 19 janvier 1979, propos recueillis par Amber Bousoglou).

%d blogueurs aiment cette page :