Archive

Posts Tagged ‘Jan Hus’

Athéisme

La République tchèque, marquée par l’athéisme, se prépare à la visite du pape [Le Monde, 25/09/2009]

La ville de Stara Boleslav, où le prince chrétien Wenceslas, proclamé saint par ses sujets dès sa mort, fut assassiné en 935 par son frère Boleslav, marquera la dernière étape du voyage qu’effectue le souverain pontife en République tchèque, à partir de samedi 26 septembre. (…) Rencontrer un catholique dans le « coeur spirituel » de la Bohême relève presque de la gageure. (… ) Stara Boleslav fait partie des cas extrêmes, reconnaît le sociologue des religions Zdenek Nespor. Mais la pratique religieuse en République tchèque est probablement l’une des plus faibles en Europe et dans le monde. » Selon l’ex-dissident et président Vaclav Havel, quarante ans de communisme et vingt ans de consumérisme ultralibéral ont fait de ce pays « la première société réellement athée sans ancrage moral ». Mais son ami de la dissidence anti-communiste, Vaclav Maly, évêque auxiliaire de Prague, se veut « optimiste » : « 400 000 Tchèques (4 % de la population) participent aux messes dominicales, selon un recensement effectué dans toutes les églises du pays au printemps »

A Prague, le pape se fera l’avocat de la rechristianisation [Le Monde, 26/09/2009]

La République tchèque « qui se trouve géographiquement et historiquement au coeur de l’Europe, après avoir traversé les drames du siècle passé, a besoin de retrouver les raisons de la foi et de l’espérance, comme tout le continent », a estimé Benoît XVI (…) Pour des raisons historiques, l’Eglise est faible en pays tchèque : la révolte religieuse du XVe siècle, emmenée par le réformateur Jan Hus, condamné à mort, a laissé des traces. « Imposée par le pouvoir impérial germanophone, l’Eglise catholique y est perçue, surtout à partir du réveil national, comme une religion étrangère », rappelle M. Pomian. « Ce terreau créera d’ailleurs une certaine réceptivité au courant social-démocrate puis au communisme tchèque après la première guerre mondiale », ajoute-t-il. Durant la période communiste, l’Eglise connaîtra de très fortes persécutions et ses moyens d’action seront limités. Dans les années 1980, certaines églises deviendront néanmoins des lieux de ralliement de la dissidence. (…) Vingt ans plus tard, il semble que les Eglises n’aient pas profité à plein de l’avènement de la démocratie. La République tchèque, avec ses 40 % d’athées, en est un exemple.

En complement:

Allons bon…

Apres avoir joue le role du defenseur des libertes individuelles (en s’opposant par exemple a l’interdiction de fumer), puis celui du defenseur de la liberte et de la democracie occidentales (en s’opposant non pas au communisme, mais ses variantes plus douces, dont en particulier « l’environnementalisme ambitieux »), ou encore celui du « dissident europeen » autoproclame (je n’invente rien, et meme j’en passe…), voila que Monsieur Klaus remonte sur son blanc destrier et se compare maintenant a… Jan Hus:

Czech President Vaclav Klaus recalled the sharp criticism of medieval Czech church reformer John Hus by his French contemporary, Paris University’s chancellor Jean Gerson during a today’s mass commemorating John Hus’s burning at the stake. Klaus made a parallel between Gerson’s criticism and the recent French criticism of the Czech EU presidency that ended on June 30. [source]

Le president tcheque Vaclav Klaus a rappele la forte critique de Jan Hus, reformateur de l’eglise medievale tcheque, par son contemporain français, chancelier de l’Universite de Paris Jean Gerson, lors d’une messe de commemoration du martyr de Jan Hus brule sur le bucher. Klaus a fait un parallele entre la critique de Gerson et la recente critique française de la presidence tcheque de l’UE qui s’est terminée le 30 juin.

Le ridicule – et la suffisance – ne tuent pas. Par contre on peut mourir pour ses idees, en affirmant par exemple que le repentir de l’homme passe par l’humilite, et non pas l’argent ni les armes ni le pouvoir…

J’espere juste que la cote de popularite de Mr. Klaus continue a chuter (-15% depuis le debut de l’annee) au fur et a mesure que les Tcheques se rendent compte que ses provocations ne sont que des paroles en l’air… et ne font que ternir l’image du pays tout entier a l’etranger…

Pour finir, citons Jiri Pehe, politologue a la New York University de Prague: « Klaus prefere etre le plus gros poisson d’un petit lac qu’un petit poisson dans un grand lac« .

%d blogueurs aiment cette page :