Archive

Posts Tagged ‘Union européenne’

Portrait-robot du sportif européen

Et donc en ce qui nous concerne du sportif francais ou tcheque. Plutot surprenant, je pensais les Tcheques beaucoup plus sportifs que ce qu’il ressort de cette etude – peut etre un effet deformant du a la capitale, ou les Praguois sont plus sportifs qu’ailleurs?

Frequence

  • Jamais: France (34) – Rep. tcheque (37) – UE (39)
  • Rarement: France (18) – Rep. tcheque (35) – UE (21)
  • Assez regulierement: France (35) – Rep. tcheque (23) – UE (31)
  • Regulierement: France (13) – Rep. tcheque (5) – UE (9)

Activite physique (non sportive – marche, jardinage, etc)

  • Jamais: France (10) – Rep. tcheque (13) – UE (14)
  • Rarement: France (15) – Rep. tcheque (35) – UE (20)
  • Assez regulierement: France (42) – Rep. tcheque (35) – UE (38)
  • Regulierement: France (33) – Rep. tcheque (17) – UE (27)

Lieu de pratique

  • Parc/nature: France (52) – Rep. tcheque (58) – UE (48)   

Affiliation

  • Club de sport: France (18) – Rep. tcheque (7) – UE (12)   

Motivation

  • Sante: France (51) – Rep. tcheque (53) – UE (61)   
  • Forme: France (56) – Rep. tcheque (36) – UE (41)  
  • Relaxation: France (52) – Rep. tcheque (26) – UE (39)  
  • S’amuser: France (29) – Rep. tcheque (38) – UE (31)  

Raison pour ne pas pratiquer

  • Temps: France (43) – Rep. tcheque (51) – UE (45)   

     

En complement:

Deux bonnes notes pour Prague

22 février 2010 1 commentaire

Prague s’est vue octroyer de bonnes notes par plusieurs institutions internationales la semaine derniere. Selon la Federation automobile internationale (FIA), Prague occupe la 4eme position en Europe pour la qualite de son systeme de transports en commun, sur 23 villes etudiees et apres Munich, Helsinki et Vienne. Eurostat (l’office europeen des statistiques) revele quant a lui que Prague est la 5eme region la plus riche au sein de l’Union europenne, juste devant l’Ile de France.

En complement:

Le classement complet de la FIA – EuroTest (en anglais/in english):

D’apres le classement general, Prague est plutot dans la moyenne pour les criteres de temps/information, et ce qui fait son plus est le prix (la possibilite d’achat par SMS semble avoir ete un plus egalement) et finit dans la categorie « bon ». Le point fort de Paris est le temps de voyage mais informations et transferts semblent manquer, et du coup la ville finit en 13eme position (« acceptable »).

Voir le rapport complet par ville (avec la liste des + et des -): ParisPrague.

Les moins les plus notables pour Prague sont toujours les memes: mauvaise connection avec l’aeroport, accessibilite (escalators, ascenseurs…), et difficultes lorsque l’on quitte le reseau pour redevenir un simple pieton…

Le rapport complet d’Eurostat: PIB régionaux par habitant en 2007 (english version: Regional GDP per inhabitant in 2007)

« En 2007, les régions qui occupaient la tête du classement des PIB régionaux par habitant, étaient Inner London au Royaume-Uni (334% de la moyenne), le Grand-Duché de Luxembourg (275%), Bruxelles/Brussels en Belgique (221%), Hamburg en Allemagne (192%), Praha en République tchèque (172%) et l’Île de France (169%). »

A noter par contre que les 7 autres regions tcheques sont par contre bien en dessous de la moyenne de l’UE, 6 etant meme sous les 75%… Tout comme la France qui ne place qu’une region parmi les plus riches d’Europe, la Republique tcheque apparait comme un pays tres centralise ou seule la region entourant la capitale est veritablement prospere.

Lire (et ecouter) egalement l’article de Radio Prague sur le sujet.

Y a-t-il eu une présidence tchèque ou pas?

Remuons encore un peu le couteau dans la plaie… de toutes facons 2009 se termine bientot!

Ilios Yannakakis (politologue et universitaire français): « la présidence tchèque – une chance ratée »

Vu de Paris, on se demandait, y a-t-il eu une présidence tchèque ou pas. C’est passé d’une façon tellement fade, sans dynamisme, même l’Ambassade à Paris ou les services tchèques, culturels ou pas, auraient pu faire quelque chose d’important pour marquer cette présidence tchèque qui n’est pas une histoire banale, mais rien n’était visible, rien n’était senti. Et au milieu de cette présidence, crise ministérielle. (…) Ce qui aurait pu être un intérêt renouvelé pour la République tchèque, a été une occasion ratée, premièrement, parce que la présidence marque le dynamisme d’un pays, son intelligence, la capacité d’un pays de dire voilà nous sommes des Européens. Mais ce que je veux souligner, c’est que la présidence tchèque de l’UE a eu lieu cette année de festivités, cette année marquée par le 20ème anniversaire de la fin du régime communiste en Europe centrale. 1989 – 2009, vingt ans. (…) La chance qu’aurait pu avoir cette présidence a complètement raté. (…) C’est comme si les Tchèques ne s’intéressent plus à la politique de leur pays. Et comme si la politique ne s’intéresse plus à la société. Cette coupure nette entre la politique et la société, cela me rappelle le temps des communistes, où on disait « oni a my », « my a oni », nous et eux. Il y a comme une répétition qui me laisse vraiment triste pour ce pays. Cette coupure entre des gens qui vivent maintenant de plus en plus normalement, qui ont des problèmes comme tout le monde, et le monde politique qui tourne en rond. On a l’impression vraiment qu’ils sont là entre eux, discutant à l’infini, de grandes envolées politico-médiatiques, mais sans aucun effet sur la société. Et là je pense que c’est vraiment une catastrophe pour ce beau pays-là.

Meme impression vu de Prague en fait. Le peu d’interet pour la presidence ou les celebrations de la chute du communisme semblait etre plutot partage entre les politiques et la population. Quand je demandais autour de moi, les gens semblaient n’avoir absolument aucune envie de celebrer ni l’une ni l’autre, ce qui contrastait beaucoup avec les festivites de 2004 et l’entree du pays dans l’UE. Dommage. Je comprends que les Tcheques ne veulent pas limiter l’image de leur pays a 1989 – mais pourtant c’est bien cela que veulent les visiteurs etrangers. On peut se reiventer sans renier son passe…

Arlésienne

Il semblerait donc que la nouvelle date la plus plausible (et realiste) pour l’adoption de l’Euro en Republique tcheque soit maintenant… 2015! Depuis 2004 et l’entree du pays dans l’UE cette date n’a cesse de changer, toujours repoussee a plus tard, et la crise financiere n’a pas arrange les choses. Un jour peut-etre…

Avoir une monnaie commune serait fort utile pour comparer les prix parfois prohibitifs par rapport aux pays voisins, comme par exemple cet article [novinky.cz] montrant qu’acheter un billet trans-frontalier est plus cher ici que dans les pays voisins: pour exemple, un billet Berlin-Prague-Vienne coutera 3051 couronnes (soit 115 euros environ) achete via Ceske drahy en Republique tcheque mais seulement 39 euros (1029 couronnes) achete via Deutsche Bahn en Allemagne… pratiquement 3 fois plus cher! Encore un exemple qui confirme que les prix sont souvent plus eleves ici alors qu’on s’attendrait logiquement a une situation inverse. Comprenne qui pourra.

Signera, signera pas

Je n’ai meme pas le courage de tenter de commenter ou meme de seulement referencer les recents episodes concernant la ratification du traite de Lisbonne par la Republique tcheque tant les articles, rebondissements et petites phrases se succedent ces derniers jours… je voulais juste indiquer les resultats de deux sondages recents [ceskenoviny.cz]:

  • 3/5 des Tcheques pensent que la position du president Vaclav Klaus est dommageable pour l’image du pays et autant pensent qu’elle affaiblit le pays au sein de l’UE
  • mais dans le meme temps, selon un autre sondage, 2/3 des Tcheques soutiennent la croisade de leur president contre le traite et presque autant pensent que le traite sans addendum menacerait les decrets Benes…

C’est a n’y rien comprendre. Ou alors les strategies de communication de chacun des antagonistes semblent porter leurs fruits. Une chose est sure, c’est que Mr Klaus sait jouer sur les sentiments et les peurs des Tcheques et parvient comme toujours a retourner l’opinion contre ses opposants. Et tous ces commentaires venant de l’etranger allant meme jusqu’a demander de destituer le president tcheque jouent en faveur de ce dernier, et non pas contre lui: les Tcheques craignent et se mefient de leurs voisins, et leur histoire les conforte plutot dans cette attitude (comme je l’avais d’ailleurs ecrit precedemment, voir: Circonlocutions dilatoires, mais aussi en contradiction avec la Méthode douce suggeree plus tot…). D’ailleurs comment la France reagirait-elle si la Republique tcheque lui sommait de faire telle ou telle chose, voire meme de destituer son president?

Dommage, et pas tres bon pour l’image d’une construction europeenne democratique (ce qui une nouvelle fois conforte Mr Klaus dans sa position…). Il aurait ete plus judicieux a mon avis de faire pression par des moyens moins visibles et plus pragmatiques (ce qu’aime les Tcheques) et utiliser le gouvernement pour regler cela de maniere locale et interieure, « tcheco-tcheque » je dirais, pour tenter d’aboutir a une situation de gagnant-gagnant a la fin.

Déficit excessif

Bruxelles place neuf nouveaux pays membres en procédure de « déficit excessif »: Cette décision vise l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Belgique, le Portugal, l’Autriche, la République tchèque, la Slovénie et la Slovaquie, dont les déficits dépasseront cette année le seuil de 3 % du produit intérieur brut (PIB) défini par le pacte de stabilité et de croissance. Ces Etats viennent s’ajouter aux onze déjà sous le coup d’une procédure similaire dont la France, l’Espagne, le Royaume-Uni ou la Pologne. Au sein de la zone euro, seuls la Finlande, le Luxembourg et Chypre respectent à ce jour le pacte, en dépit de la crise économique. [Le Monde]

Catégories :Economie Étiquettes : , ,

Méthode douce

Il semble donc que le president polonais Lech Kaczynski signera dimanche prochain le traite de Lisbonne. Il ne restera donc plus que la Republique tcheque, le dernier pays des 27 a ne pas l’avoir encore ratifie. Mais je suis plutot satisfait de voir que l’approche utilisee par Bruxelles est desormais differente, « l’UE adopte la méthode douce face au président tchèque« :

« L’attitude du président tchèque irrite Paris et Berlin. Mais les différents acteurs européens semblent s’être parfaitement coordonnés pour exercer une « pression douce » sur Prague sans braquer M. Klaus, et en évitant soigneusement d’éveiller tout sentiment anti-européen au sein de la population » [Le Monde date du 7 octobre]

Lire aussi la note precedente sur le meme sujet: « Circonlocutions dilatoires« .

%d blogueurs aiment cette page :