Archive

Posts Tagged ‘Union européenne’

Portrait-robot du sportif européen

Et donc en ce qui nous concerne du sportif francais ou tcheque. Plutot surprenant, je pensais les Tcheques beaucoup plus sportifs que ce qu’il ressort de cette etude – peut etre un effet deformant du a la capitale, ou les Praguois sont plus sportifs qu’ailleurs?

Frequence

  • Jamais: France (34) – Rep. tcheque (37) – UE (39)
  • Rarement: France (18) – Rep. tcheque (35) – UE (21)
  • Assez regulierement: France (35) – Rep. tcheque (23) – UE (31)
  • Regulierement: France (13) – Rep. tcheque (5) – UE (9)

Activite physique (non sportive – marche, jardinage, etc)

  • Jamais: France (10) – Rep. tcheque (13) – UE (14)
  • Rarement: France (15) – Rep. tcheque (35) – UE (20)
  • Assez regulierement: France (42) – Rep. tcheque (35) – UE (38)
  • Regulierement: France (33) – Rep. tcheque (17) – UE (27)

Lieu de pratique

  • Parc/nature: France (52) – Rep. tcheque (58) – UE (48)   

Affiliation

  • Club de sport: France (18) – Rep. tcheque (7) – UE (12)   

Motivation

  • Sante: France (51) – Rep. tcheque (53) – UE (61)   
  • Forme: France (56) – Rep. tcheque (36) – UE (41)  
  • Relaxation: France (52) – Rep. tcheque (26) – UE (39)  
  • S’amuser: France (29) – Rep. tcheque (38) – UE (31)  

Raison pour ne pas pratiquer

  • Temps: France (43) – Rep. tcheque (51) – UE (45)   

     

En complement:

Deux bonnes notes pour Prague

22 février 2010 1 commentaire

Prague s’est vue octroyer de bonnes notes par plusieurs institutions internationales la semaine derniere. Selon la Federation automobile internationale (FIA), Prague occupe la 4eme position en Europe pour la qualite de son systeme de transports en commun, sur 23 villes etudiees et apres Munich, Helsinki et Vienne. Eurostat (l’office europeen des statistiques) revele quant a lui que Prague est la 5eme region la plus riche au sein de l’Union europenne, juste devant l’Ile de France.

En complement:

Le classement complet de la FIA – EuroTest (en anglais/in english):

D’apres le classement general, Prague est plutot dans la moyenne pour les criteres de temps/information, et ce qui fait son plus est le prix (la possibilite d’achat par SMS semble avoir ete un plus egalement) et finit dans la categorie « bon ». Le point fort de Paris est le temps de voyage mais informations et transferts semblent manquer, et du coup la ville finit en 13eme position (« acceptable »).

Voir le rapport complet par ville (avec la liste des + et des -): ParisPrague.

Les moins les plus notables pour Prague sont toujours les memes: mauvaise connection avec l’aeroport, accessibilite (escalators, ascenseurs…), et difficultes lorsque l’on quitte le reseau pour redevenir un simple pieton…

Le rapport complet d’Eurostat: PIB régionaux par habitant en 2007 (english version: Regional GDP per inhabitant in 2007)

« En 2007, les régions qui occupaient la tête du classement des PIB régionaux par habitant, étaient Inner London au Royaume-Uni (334% de la moyenne), le Grand-Duché de Luxembourg (275%), Bruxelles/Brussels en Belgique (221%), Hamburg en Allemagne (192%), Praha en République tchèque (172%) et l’Île de France (169%). »

A noter par contre que les 7 autres regions tcheques sont par contre bien en dessous de la moyenne de l’UE, 6 etant meme sous les 75%… Tout comme la France qui ne place qu’une region parmi les plus riches d’Europe, la Republique tcheque apparait comme un pays tres centralise ou seule la region entourant la capitale est veritablement prospere.

Lire (et ecouter) egalement l’article de Radio Prague sur le sujet.

Y a-t-il eu une présidence tchèque ou pas?

Remuons encore un peu le couteau dans la plaie… de toutes facons 2009 se termine bientot!

Ilios Yannakakis (politologue et universitaire français): « la présidence tchèque – une chance ratée »

Vu de Paris, on se demandait, y a-t-il eu une présidence tchèque ou pas. C’est passé d’une façon tellement fade, sans dynamisme, même l’Ambassade à Paris ou les services tchèques, culturels ou pas, auraient pu faire quelque chose d’important pour marquer cette présidence tchèque qui n’est pas une histoire banale, mais rien n’était visible, rien n’était senti. Et au milieu de cette présidence, crise ministérielle. (…) Ce qui aurait pu être un intérêt renouvelé pour la République tchèque, a été une occasion ratée, premièrement, parce que la présidence marque le dynamisme d’un pays, son intelligence, la capacité d’un pays de dire voilà nous sommes des Européens. Mais ce que je veux souligner, c’est que la présidence tchèque de l’UE a eu lieu cette année de festivités, cette année marquée par le 20ème anniversaire de la fin du régime communiste en Europe centrale. 1989 – 2009, vingt ans. (…) La chance qu’aurait pu avoir cette présidence a complètement raté. (…) C’est comme si les Tchèques ne s’intéressent plus à la politique de leur pays. Et comme si la politique ne s’intéresse plus à la société. Cette coupure nette entre la politique et la société, cela me rappelle le temps des communistes, où on disait « oni a my », « my a oni », nous et eux. Il y a comme une répétition qui me laisse vraiment triste pour ce pays. Cette coupure entre des gens qui vivent maintenant de plus en plus normalement, qui ont des problèmes comme tout le monde, et le monde politique qui tourne en rond. On a l’impression vraiment qu’ils sont là entre eux, discutant à l’infini, de grandes envolées politico-médiatiques, mais sans aucun effet sur la société. Et là je pense que c’est vraiment une catastrophe pour ce beau pays-là.

Meme impression vu de Prague en fait. Le peu d’interet pour la presidence ou les celebrations de la chute du communisme semblait etre plutot partage entre les politiques et la population. Quand je demandais autour de moi, les gens semblaient n’avoir absolument aucune envie de celebrer ni l’une ni l’autre, ce qui contrastait beaucoup avec les festivites de 2004 et l’entree du pays dans l’UE. Dommage. Je comprends que les Tcheques ne veulent pas limiter l’image de leur pays a 1989 – mais pourtant c’est bien cela que veulent les visiteurs etrangers. On peut se reiventer sans renier son passe…

Arlésienne

Il semblerait donc que la nouvelle date la plus plausible (et realiste) pour l’adoption de l’Euro en Republique tcheque soit maintenant… 2015! Depuis 2004 et l’entree du pays dans l’UE cette date n’a cesse de changer, toujours repoussee a plus tard, et la crise financiere n’a pas arrange les choses. Un jour peut-etre…

Avoir une monnaie commune serait fort utile pour comparer les prix parfois prohibitifs par rapport aux pays voisins, comme par exemple cet article [novinky.cz] montrant qu’acheter un billet trans-frontalier est plus cher ici que dans les pays voisins: pour exemple, un billet Berlin-Prague-Vienne coutera 3051 couronnes (soit 115 euros environ) achete via Ceske drahy en Republique tcheque mais seulement 39 euros (1029 couronnes) achete via Deutsche Bahn en Allemagne… pratiquement 3 fois plus cher! Encore un exemple qui confirme que les prix sont souvent plus eleves ici alors qu’on s’attendrait logiquement a une situation inverse. Comprenne qui pourra.

Signera, signera pas

Je n’ai meme pas le courage de tenter de commenter ou meme de seulement referencer les recents episodes concernant la ratification du traite de Lisbonne par la Republique tcheque tant les articles, rebondissements et petites phrases se succedent ces derniers jours… je voulais juste indiquer les resultats de deux sondages recents [ceskenoviny.cz]:

  • 3/5 des Tcheques pensent que la position du president Vaclav Klaus est dommageable pour l’image du pays et autant pensent qu’elle affaiblit le pays au sein de l’UE
  • mais dans le meme temps, selon un autre sondage, 2/3 des Tcheques soutiennent la croisade de leur president contre le traite et presque autant pensent que le traite sans addendum menacerait les decrets Benes…

C’est a n’y rien comprendre. Ou alors les strategies de communication de chacun des antagonistes semblent porter leurs fruits. Une chose est sure, c’est que Mr Klaus sait jouer sur les sentiments et les peurs des Tcheques et parvient comme toujours a retourner l’opinion contre ses opposants. Et tous ces commentaires venant de l’etranger allant meme jusqu’a demander de destituer le president tcheque jouent en faveur de ce dernier, et non pas contre lui: les Tcheques craignent et se mefient de leurs voisins, et leur histoire les conforte plutot dans cette attitude (comme je l’avais d’ailleurs ecrit precedemment, voir: Circonlocutions dilatoires, mais aussi en contradiction avec la Méthode douce suggeree plus tot…). D’ailleurs comment la France reagirait-elle si la Republique tcheque lui sommait de faire telle ou telle chose, voire meme de destituer son president?

Dommage, et pas tres bon pour l’image d’une construction europeenne democratique (ce qui une nouvelle fois conforte Mr Klaus dans sa position…). Il aurait ete plus judicieux a mon avis de faire pression par des moyens moins visibles et plus pragmatiques (ce qu’aime les Tcheques) et utiliser le gouvernement pour regler cela de maniere locale et interieure, « tcheco-tcheque » je dirais, pour tenter d’aboutir a une situation de gagnant-gagnant a la fin.

Déficit excessif

Bruxelles place neuf nouveaux pays membres en procédure de « déficit excessif »: Cette décision vise l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Belgique, le Portugal, l’Autriche, la République tchèque, la Slovénie et la Slovaquie, dont les déficits dépasseront cette année le seuil de 3 % du produit intérieur brut (PIB) défini par le pacte de stabilité et de croissance. Ces Etats viennent s’ajouter aux onze déjà sous le coup d’une procédure similaire dont la France, l’Espagne, le Royaume-Uni ou la Pologne. Au sein de la zone euro, seuls la Finlande, le Luxembourg et Chypre respectent à ce jour le pacte, en dépit de la crise économique. [Le Monde]

Catégories :Economie Étiquettes : , ,

Méthode douce

Il semble donc que le president polonais Lech Kaczynski signera dimanche prochain le traite de Lisbonne. Il ne restera donc plus que la Republique tcheque, le dernier pays des 27 a ne pas l’avoir encore ratifie. Mais je suis plutot satisfait de voir que l’approche utilisee par Bruxelles est desormais differente, « l’UE adopte la méthode douce face au président tchèque« :

« L’attitude du président tchèque irrite Paris et Berlin. Mais les différents acteurs européens semblent s’être parfaitement coordonnés pour exercer une « pression douce » sur Prague sans braquer M. Klaus, et en évitant soigneusement d’éveiller tout sentiment anti-européen au sein de la population » [Le Monde date du 7 octobre]

Lire aussi la note precedente sur le meme sujet: « Circonlocutions dilatoires« .

Circonlocutions dilatoires

5 octobre 2009 1 commentaire

Les articles faisant reference a la Republique tcheque se bousculent ce lundi matin (et encore je ne cite que ceux de Le Monde): L’Irlande dit « oui » au traité de Lisbonne, l’UE met la pression sur les Tchèques, Derrière le référendum irlandais, l’obstacle tchèque, La France encourage vivement Londres et Prague à signer le traité de Lisbonne.

Voila quelques reflexions qui me viennent a l’esprit en lisant ca…

Aucun pays n’aime se faire forcer la main, et encore moins la Republique tcheque, surtout au vu de son passe sous domination de puissances etrangeres. Pourquoi la diplomatie de l’UE continue a se borner a utiliser cette methode pour tenter de les influencer? Elle ne marche pas, et au contraire retourne l’opinion contre l’UE… Pourquoi ne pas donner des contreparties de « pouvoir » a l’adoption (e.g. postes de Commissaires?) – cela aurait ete a mon avis une meilleure approche de persuasion, plus pragmatique. Les Tcheques (et autres « petits pays ») veulent montrer qu’ils existent et qu’ils sont capables. D’apres les dernieres rumeurs, cette approche serait en discussion.

Peut-etre en echo au premier point, Mr. Klaus adore qu’on parle de lui, adore etre l’homme de la derniere chance, seul contre tous, l’ultime rempart des libertes et des droits de l’homme contre toutes les dictatures. Pourquoi les pro-Lisbonne s’obstinnent a le renforcer dans cette position? Posture qui en plus le rend plus populaire aux yeux des Tcheques, du coup hostiles contre ceux qui tentent d’imposer leurs vues de l’exterieur? Pourquoi lui donner cette opportunite d’etre au premier plan et avoir le dernier mot? Au contraire, pourquoi ne pas l’isoler et dialoguer avec ceux qui representent les Tcheques d’apres la Constitution, i.e. le gouvernement et le Premier Ministre?

J’aimerais aussi savoir a qui profite vraiment cette situation dans le pays. Je serais aussi curieux de voir quel impact a eu Mr. Klaus sur l’image des Tcheques dans le monde, les medias ayant tendance a associer les dirigeants avec leurs citoyens (meme si dans ce cas, Mr. Klaus n’a pas ete elu directement et en theorie n’a qu’un role protocolaire). En tout cas, 44% des Tcheques pensent qu’un nouveau retard est mauvais pour l’image du pays au sein de l’UE (contre 37% et 19% sans opinion) et 43% souhaitent une ratification immediate du Traite.

Le Traite de Lisbonne a deja ete ratifie par les deux chambres – pourquoi personne n’insiste sur l’inconstitutionnalite de la decision du president d’attendre encore et toujours? Lui qui n’a pas d’apres la Constitution tcheque de role politique depasse les termes de son mandat en bloquant un processus politique… Au passage, je trouve aussi assez amusant de voir Mr. Klaus utiliser la cour consitutionnelle pour retarder une nouvelle fois la signature du Traite, alors qu’il avait blame cette meme cour constitutionnelle pour le chaos politique du mois dernier.

Finalement, je suis agreablement surpris en lisant la presse francaise de voir a quel point notre pays est desormais pro-Europe, et soutien avec tant de verve le Traite de Lisbonne, alors qu’en 2005 c’etait bien le non francais qui avait mis un terme a l’adoption de la constitution europeenne et conduit a la situation actuelle… Nouvelles mentalites dans l’hexagone, ou campagne de communication assez habile pour faire de la France LA championne de l’UE, envers et contre tous, mais en particulier contre ces mechants Tcheques, Mr. Klaus incarnant parfaitement le vilain de la fable. M. Lellouche (nouveau secretaire d’Etat aux affaires europeennes) a meme declare qu’il y a « trop longtemps que l’Europe ne s’occupe plus que de son nombril » et demande aux Tcheques de « ne pas se perdre en circonlocutions dilatoires » sur l’approbation definitive du traite de Lisbonne. Je reve.

Chroniques praguoises

Merci Arte  pour ces chroniques praguoises!!! Je viens de les decouvrir: 24 episodes pour ce feuilleton de la presidence tcheque – a voir et a revoir, pour le meilleur et pour le pire. Une serie qui d’ailleurs n’en finit toujours pas…

À l’occasion de la présidence tchèque de l’Union européenne, faisons mieux connaissance avec le personnel politique, les médias et l’humour tchèque. Par Alexander Knetig 

Lire la suite…

Revue de presse

Les articles se bousculent cette semaine, actualite oblige. En voila deux qui resument bien ce qu’il se passe sur le plan exterieur:

Varsovie et Prague déplorent le revirement de Barack Obama et repensent leur sécurité. La Pologne et la République tchèque n’ont pas été prises de court par l’annonce américaine de renoncer au projet de bouclier antimissile, tant elle se dessinait ces derniers mois. Elle n’en reste pas moins une déception, devant laquelle les dirigeants de ces pays essayaient de faire bonne figure, jeudi 17 septembre. En acceptant d’accueillir sur leur sol des éléments du « bouclier », Prague et Varsovie comptaient asseoir leur propre sécurité. Dans ces deux pays, une sensibilité particulière se perpétue vis-à-vis de la Russie, aux aspirations hégémoniques dans sa périphérie. Les Américains représentent depuis longtemps un puissant protecteur, contrairement à l’Union européenne, qui n’a ni défense ni politique étrangère commune. [Lire la suite / Le Monde]

mais aussi interieur:

La République tchèque s’enfonce dans la crise politique alors qu’elle n’a toujours pas ratifié le traité de Lisbonne. La vie politique tchèque ne tourne plus rond depuis le renversement du gouvernement du libéral Mirek Topolanek le 24 mars, en pleine présidence tchèque de l’Union européenne, et cette instabilité croissante inquiète ses partenaires européens. Le chef de la diplomatie suédoise, Carl Bildt, dont le pays préside l’Union européenne depuis juillet, a fait part de son incompréhension, mardi 15 septembre, à Bruxelles. « Nous avons toujours besoin d’explications de la part de nos amis tchèques pour suivre l’évolution politique rapide dans leur pays », a-t-il déclaré. Son homologue pragois, Jan Kohout, a concédé qu' »il se passe à Prague des choses difficiles à expliquer à nos partenaires ». [Lire la suite / Le Monde]

L’economie ne semble pour l’instant pas affectee par ces nouvelles crises politiques, avec un taux change de change a pres de 25 Kc pour 1 euro! [voir taux / Komercni banka].

70 cm par seconde…

7 juillet 2009 1 commentaire

Prague metro stations have started slowing down the speed of their escalators. The original Soviet escalators often ran at 9 km/h (2.5 m/s); however, the regulations have changed throughout Europe and the permitted speed decreased to the maximum of 0.7 m/s for safety reasons. [source]

Les stations de metro de Prague ont commence a ralentir la vitesse de leurs escaliers roulants. Le modele original sovietique marchait souvent a 9 km/h (2,5 m/s), mais la reglementation a change a travers l’Europe et la vitesse autorisee a diminue a 0,7 m/s maximum pour des raisons de securite.

Pour une fois je preferais la version ancienne, typique tcheque (i.e. tres rapide). Avec la nouvelle vitesse on a l’impression de se trainer (l’ascension de Namesti Miru par exemple n’en fini plus). Tellement en fait, que bien souvent je termine la montee/descente en marchant. Je comprends que l’option rapide etait un challenge pour certains (combien de fois j’ai vu des touristes ou des personnes agees hesitant avant de se lancer). Mais pourquoi ne pas offrir deux options, l’une rapide et l’autre lente, puisque bien souvent l’un des escalators est a l’arret?

En attendant, mes muscles fessiers vont pouvoir remercier Bruxelles…

Nouveau stéréotype

Ce qui semble certain avec la fin de la présidence tchèque, c’est que celle-ci a donné naissance à un nouveau stéréotype dans la pensée européenne selon lequel « les Tchèques sont de bons fonctionnaires mais de mauvais politiciens ». [source]
  
Ca aurait pu etre pire… Etrange quand meme, au vu de mon experience avec l’administration locale, je serais meme presque tenter de dire que les Tcheques sont de mauvais fonctionnaires et de mauvais politiciens… J’imagine que les bons etaient (et sont) a Bruxelles.
  
Un dernier article pour conclure ces 6 mois plutot chaotiques (« a la tcheque » pourrait-on dire desormais): Présidence tchèque de l’UE : un bilan contesté
  

Entropa exposée à Prague

14062009259 14062009257 14062009258

La desormais fameuse et controversee sculpture « Entropa » de David Cerny est de retour a Prague, exposee jusqu’au 4 janvier 2010 au DOX (Holesovice, Prague 7). On aime ou on n’aime pas (il y a d’ailleurs une urne pour se prononcer sur la question), elle a le merite de ne pas laisser indifferent. Je pencherais plutot du cote « j’aime » – je trouve plutot sain de se moquer de soi-meme – mais je pense que si chaque pays avait ete effectivement represente/critique par un artiste local (comme il avait ete annonce au debut et avant que la supercherie ne soit mise a jour), la portee de l’oeuvre aurait ete tout autre. Dommage.

Bilan de la présidence tchèque de l’UE

Experts criticise Czech EU presidency: Czech politicians did not succeed in winning a positive perception of the presidency, which is decisive in the media era (…) French journalists, for instance, assessed Prague with prejudices and scepsis. « They were almost childishly waiting for a very small mistake ». [source]

Les experts critiquent la presidence tcheque de l’UE: les politiques tcheques n’ont pas reussi a gagner une perception positive de la presidence, qui est determinante a l’ere des medias (…) Les journalistes français par exemple, ont evalue Prague avec prejuges et scepticisme. « Ils attendaient de facon presque enfantine la moindre petite erreur ».  

Et ils furent tres bien servis, les journalistes francais, les Tcheques se tirant eux-meme plus d’une balle dans le pied… quel gachis quand meme, qui laisse une impression d’amateurisme du cote tcheque, avec des reactions pueriles en voulant repondre a toutes les critiques – parfois il est bon de prendre les choses de haut… J’espere seulement que la jeune generation de la classe politique tcheque qui a travaille a cette presidence a pu gagner en experience et en maturite. En attendant la releve, il y a malheureusement de quoi desesperer…

%d blogueurs aiment cette page :